C’toutnous,C’toutmoi

Bienvenue sur mon blog

  • Accueil
  • > Poésies (les miennes, celles des autres)
Archive pour la catégorie 'Poésies (les miennes, celles des autres)'


Si tu vois ….

2 juillet, 2010
Poésies (les miennes, celles des autres) | 3 réponses »

si tu vois des larmes qui perlent sur mes joues, saches que tu n’en est pas la cause. Tu ne me fait pas souffrir contrairement à d’autres qui s’emploient à broyer mon coeur. quand je suis en ta présence, j’oublie la douleur et je me sens aussi légère qu’un nuage… tu me fais du bien comme personne ne sait le faire… je t’aime plus que tout !

voir l'image en taille réelle

Déchirée

1 juillet, 2010
Poésies (les miennes, celles des autres) | 4 réponses »

Je suis déchirée ….

voir l'image en taille réelle

Tu me manques depuis tout ce temps

mais jamais je ne voulais ou pensais

m’imaginer que cela pourrait être vrai !

Je suis passée dans d’autres bras

mais je ne pensais jamais qu’à toi !!

J’ai mal, je suis déchirée,

tant d’années passées, gâchées,

à être maltraitée, humiliée, frappée

pourquoi étais-tu loin de moi ?

pourquoi l’avais-tu choisi elle et pas moi ????

Si tu étais resté près de moi,

jamais cela ne serait arrivé dans ma vie :

je serais heureuse, belle, gaie et aimée !!!

Ici, de tout cela, je ne suis plus que

l’ombre de moi-même, un zombie de chez zombie

mais comment pourrais-je t’en vouloir ?

Je t’aime trop pour cela même si tu ne le sais pas !!!

Je rêve d’une autre vie,

je rêve d’un prince charmant

venant me chercher sur son beau destrier blanc

mais pour cela, je dois encore

n’être qu’une petite fille !!!

Les contes de fées, les belles histoires

ça n’existent pas!!!

Pourquoi les parents racontent-ils donc

toutes ces histoires débiles à leur fille ????

Nous, alors, on y croit,

et de cela on choit

de notre piedestal

on croit à l’amour et sa pureté

à sa beauté, son éternité ….

Et toujours on se retrouve berné,

humilié et seul dans sa tristesse

Envie de ne plus surmonter

A présent, envie de me noyer

je me laisse couler ….

Ne sachant même pas si

quelqu’un aura la gentillesse

de venir me chercher, me tendre la main

m’empêcher de davantage m’enfoncer …

Ou simplement venir me parler …

Je t’aime comme les enfants aiment d’amour pur

mais tu ne le vois pas …….

Alors, je m’en retourne sur mes pas

m’en vais pleurer tout bas

le prince charmant ce soir encore,

pour moi ne viendra pas !!!!!!

Frédérique,

01/07/2010

Tellement beau, tellement vrai, tellement triste; c’est tout moi

1 juillet, 2010
Poésies (les miennes, celles des autres) | 1 réponse »

D’avoir mis son âme dans tes mains
tu l’as froissé comme un chagrin
et d’avoir condamné vos différences
nous ne marcherons plus ensemble

Sa vie ne bat plus que d’une aile
dansent les flammes, les bras se lèvent
là où il va il fait un froid mortel
si l’homme ne change de ciel pourtant, j’ai rêvé

j’ai rêvé qu’on pouvait s’aimer
au souffle du vent
s’élevait l’âme, l’humanité
son manteau de sang
j’irai cracher sur vos tombeaux
n’est pas le vrai, n’est pas le beau
j’ai rêvé qu’on pouvait s’aimer

à quoi bon abattre des murs
pour y dresser des sépultures
à force d’ignorer la tolérance
nous ne marcherons plus ensemble

les anges sont las de nous veiller
nous laissent comme un monde avorté
suspendu pour l’éternité
le monde comme une pendule
qui s’est arrêtée

j’ai rêvé qu’on pouvait s’aimer
au souffle du vent
s’élevait l’âme, l’humanité
son manteau de sang
j’irai cracher sur vos tombeaux
n’est pas le vrai, n’est pas le beau
j’ai rêvé qu’on pouvait s’aimer

j’ai rêvé qu’on pouvait s’aimer
j’avais rêvé du mot AIMER

 

Mylène Farmer « aimer »



12 mai, 2010
Poésies (les miennes, celles des autres) | Pas de réponses »

voir l'image en taille réelle

 

 » Pâle étoile du soir,

messagère lointaine,

dont le front sort brillant

des voiles du couchant,

de ton palais d’azur,

au sein du firmament,

que regardes-tu

dans la plaine ? « 

 

ALFRED DE MUSSET

 

Le jardin

26 avril, 2010
Poésies (les miennes, celles des autres) | 1 réponse »

voir l'image en taille réelle

 

Des milliers et des milliers d’années

Ne sauraient suffire

Pour dire

La petite seconde d’éternité

Où tu m’as embrassé

Où je t’ai embrassée

Un matin dans la lumière de l’hiver

Au parc Montsouris à Paris

A Paris

Sur la terre

La terre qui est un astre.

Jacques Prévert

Extrait de « Paroles »

 

Un sourire …..

16 avril, 2010
Citations, Pensees, Poésies (les miennes, celles des autres) | Pas de réponses »

voir l'image en taille réelle

 

Un sourire ne coûte rien mais produit beaucoup.  Il enrichit ceux qui le reçoivent, sans appauuvrir ceux qui le donnent.  Il ne dure qu’un instant et son souvenir est éternel.  Personne n’est assez riche pour s’en passer, personne n’est assez pauvre pour ne pas le mériter.  Il crée le bonheur au foyer.  Il est le soutien dans les affaires et le signe sensible de l’amitié.  Un sourire donne du repos à l’être fatigué, rend le courage au plus découragé. 

Et c’est un antidote de la nature à toutes nos peines. 

Cependant, il ne peut ni se voler, ni s’acheter, ni se prêter.  Car c’est une chose qui n’a de valeur qu’à partir du moment où il se donne.  Et si quelquefois vous rencontrez une personne qui ne vous donne pas le sourire que vous méritez, soyez généreux !  Donnez-lui le vôtre.  Car nul n’a autant besoin d’un sourire que celui qui ne peut en donner lui-même.

AUTEUR INCONNU

 

Poème de Jules Lemaître

5 avril, 2010
Poésies (les miennes, celles des autres) | Pas de réponses »

voir l'image en taille réelle

 

 » Nul oiseau vagabond

n’a de plus longues ailes,

de plus libres destins,

ni d’amours plus fidèles

pour le pays des flots noirs,

cuivrés, bleus ou verts.

Et j’aime leurs ébats,

car les mouettes grises

que berce la marée

et qu’enivrent les brises

sont les grands papillons

qui butinent les mers. « 

Jules Lemaître

 

Bienvenue au poulailler |
MOUSSAOUISOFT |
UniversFafGerry |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Louise Mélois
| LA VIE ET CIE
| les chats